Prochain échelon : 47
|
Compteur d'activité : 45
Jacob et Wilhelm Grimm
Les frères Grimm
Conte, Les frères Grimm, Le Renard et le chat
Créé par Mariedark, le 04/09/2013 à 09h18.
0 réponse
Dernière réponse :
Par Mariedark,
le 04/09/2013 à 09h18.
Mariedark
Posté le 04/09/2013 à 09h18
#1
avatar
responsable
membre
depuis le 31/07/2013.
Dernière connexion :
le 29/11/2013 à 10h29
Niveau de soutient : 31 pts

CONTE - LES FRERES GRIMM

 

LE RENARD ET LE CHAT

 

Le hasard fit un jour que le chat, dans un bois, rencontra le seigneur renard.

« Il est habile est plein d’expérience, pensa le chat en le voyant, c’est un grand personnage dans le monde, respecté à cause de sa sagesse.» Aussi l’aborda- t-il avec beaucoup d’amabilité.

– Bonjour, cher Monsieur Renard, comment allez-vous ? La santé est bonne, j’espère. Et par ces temps de vie chère, comment vous débrouiller vous ?

Le renard, tout gonflé d’une morgue hautaine, considérera le chat des pieds à la tête et de la tête aux pieds, se demandant pendant un bon moment s’il allait ou non donner une réponse à cet insolent animal.

– Dis donc, toi, misérable Lèche-Moustaches, espèce de drôle, espèce d’Arlequin grotesquement taché, espèce de crève-la-faim de chasseur de souris, qu’est-ce qu’il te prend ? Et d’où te permets-tu de venir me demander aussi familièrement de mes nouvelles ? Qui te crois-tu donc, malheureux ? Que sais-tu ? Combien d’arts connais-tu ? Quelles sont les ressources ?

– Je n’en ai qu’une seule, répondit modestement le chat.

– Ah oui ? Et quoi ? fit le renard.

– Quand les chiens se mettent à mes trousses, dit le chat, je peux grimper à un arbre et me sauver.

– Et c’est tout ? laissa tomber le renard avec dédain. Sache ce que moi, je suis le maître des ruses par centaines et que j’ai, par-dessus, tout un sac à malices ! Tu me fais pitié, tiens ! Viens avec moi et je te montrerai comment on se défait des chiens.

Au beau milieu de ce discours arriva un chasseur qui avait quatre chiens avec lui. Le chat bondit vivement sur un arbre et se réfugia tout au sommet, dans les dernières branches, où il se tint caché dans le feuillage.

– Ouvre ton sac, seigneur renard ! Ouvre ton sac, c’est le moment ! cria le chat du haut de son arbre.

Mais les chiens l’avaient pris déjà et le tenaient ferme.

– Holà, seigneur renard ! cria encore le chat, vous vous êtes empêtré dans vos centaines de ruses ; mais si vous n’aviez su que grimper comme moi, votre vie vous serait restée !

Identification

Pas encore inscrit ?