Prochain échelon : 47
|
Compteur d'activité : 45
Jacob et Wilhelm Grimm
Les frères Grimm
Conte, Les frères Grimm, Les Créatures de Dieu et les bêtes du Diable
Créé par Mariedark, le 02/09/2013 à 13h08.
0 réponse
Dernière réponse :
Par Mariedark,
le 02/09/2013 à 13h08.
Mariedark
Posté le 02/09/2013 à 13h08
#1
avatar
responsable
membre
depuis le 31/07/2013.
Dernière connexion :
le 29/11/2013 à 10h29
Niveau de soutient : 31 pts

CONTE - LES FRERES GRIMM

 

LES CREATURES DE DIEU ET LES BETES DU DIABLE

 

Le Seigneur Dieu avait créé tous les animaux et avait fait du loup son chien de garde. Seulement, voilà : Il avait oublié la chèvre. Alors le Diable se mit à l’oeuvre pour créer, lui aussi, et il créa des chèvres avec de longues et fines queues. Mais quand elles étaient au pâturage, elles restaient le plus souvent accrochées aux buissons par leurs queues, et il fallait que le Diable y vînt et travaillât péniblement pour les désempêtrer.

Il finit par en avoir assez et, dans sa colère, toc et toc, il leur coupa leurs queues d’un coup de dents, ne leur laissant que le petit moignon qu’on leur voit encore aujourd’hui. Et désormais, il les laissa pacager seules ; mais il se trouva que le Seigneur Dieu les vit faire et constata queues écorçaient ici les jeunes arbres fruitiers, gâtaient là les nobles ceps, broutaient ailleurs les tendres pousses, bref, qu’elles saccageaient et détruisaient tout. Le Seigneur s’en désola et dans Sa grâce et Sa bonté y envoya ses loups, qui dévorèrent et déchiquetèrent en un rien de temps les chèvres qui se trouvaient là. Lorsque le Diable s’aperçut de la chose, il vint devant le Seigneur et protesta :

– Tes créatures ont déchiré les miennes !

– Pourquoi les as-tu créées pour la destruction ? dit le Seigneur.

– J’y étais bien forcé, dit le Diable, puisque toutes mes pensées ne vont qu’au dommage et à la destruction, ce que je crée ne peut pas non plus revêtir une autre nature. Il faut que tu me payes réparation !

– Je te paierai dès que les chênes auront perdu leurs feuilles, dit le Seigneur. Reviens alors, et tu seras réglé : le prix t’est déjà compté. Dès que le feuillage des chênes eut disparu, le Diable revint et réclama son dû.

Mais le Seigneur lui répondit :

– Dans l’église de Constantinople, il y a un grand chêne qui porte encore toutes ses feuilles. Pestant et tempêtant, jurant et maudissant, le Diable s’en alla à la recherche du chêne et erra pendant six mois dans les déserts avant de le trouver. Et lorsqu’il revint, les autres chênes avaient déjà tous reverdi. Il se trouva donc dans l’obligation de renoncer à son dû. Alors, dans sa rage furieuse, il creva les yeux de toutes les chèvres qui restaient et leur donna les siens à sa place. Voilà pourquoi toutes nos chèvres ont les yeux du diable et la queue coupée court ; et c’est pour cela aussi que le Diable aime bien prendre leur apparence.

Identification

Pas encore inscrit ?